Déclaration commune de Convergences des organisations sociales (Mexique) et Coalition « Mexico mejor sin TLC » 

Depuis la création de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA), nous avons observé ses répercussions et présenté des propositions alternatives. Dans les renégociations en cours qui ont débuté il y a douze mois, nous avons mis en garde contre le risque de se précipiter et de tomber dans la stratégie des intérêts commerciaux et politiques des gouvernements respectifs. Nous avons proposé de les reporter jusqu’à ce qu’il y ait un nouveau gouvernement au Mexique et après le processus de renouvellement du Congrès américain, afin d’éviter de tomber dans les pressions et les intérêts électoraux. Dans le cas du Mexique, nous avons fait valoir que le gouvernement d’Enrique Peña Nieto n’avait pas la légitimité et la représentativité nécessaires pour négocier en notre nom. C’est le nouveau gouvernement élu, doté d’une légitimité politique après son triomphe électoral, qui doit négocier un nouvel agenda et une relation de coopération et de complémentarité en Amérique du Nord.

Le premier juillet, la majorité des Mexicains ont voté pour un vrai changement. La renégociation de l’ALÉNA est l’une des questions clés liées au rétablissement de la souveraineté nationale et à l’accroissement des possibilités de bien-être pour la population. La renégociation doit dépasser les orientations de l’actuel ALÉNA. L’ALÉNA n’est pas un simple accord sur la circulation des biens, c’est un traité qui établira des obligations juridiques ainsi que des pratiques théoriques et économiques pour continuer à limiter les pouvoirs des États nationaux pour réglementer l’économie sur la base d’un plan national et continuer laisser la dynamique de l’économie et de la société à la loi de l’offre et de la demande, dans la logique d’une maximisation des gains privés au détriment du bien-être social.

Le nouveau gouvernement doit réorienter complètement les négociations afin de préserver les intérêts fondamentaux d’un État-nation attaché à un développement national indépendant et souverain, dans lequel les droits sociaux, la justice, la liberté et la démocratie sont des éléments indispensables un traité trinational. De même, il est essentiel d’éliminer les dispositions juridiquement contraignantes qui subordonnent notre souveraineté et notre autodétermination aux intérêts des sociétés transnationales, du gouvernement des États-Unis et des tribunaux supranationaux dans lesquels ils sont appliqués.

Nous nous sommes félicités de la volonté du nouveau gouvernement mexicain de participer aux négociations de l’ALÉNA, mais nous sommes stupéfaits par la série de déclarations et d’actions qui ne le distinguent guère du gouvernement qui quitte ses fonctions. Quatre éléments sont particulièrement préoccupants:

  1. Que les négociations restent orientées dans la même perspective mercantile et limitent la capacité des États-nations à promouvoir les plans de développement nationaux.
  2. Que l’équipe de négociation nommée par Enrique Peña Nieto continue de négocier en secret et sous pression pour se conformer aux exigences du Congrès des États-Unis, sous «procédure accélérée» moyennant un préavis de quatre-vingt-dix jours de l’intention du président Trump de signer un accord. Cette accélération des négociations ne profite qu’à la stratégie électorale de Donald Trump pour décider de signer ou non un accord à sa convenance.
  3. Que les négociateurs ont adhéré à la stratégie définie par le gouvernement Donald Trump pour négocier bilatéralement avec le gouvernement mexicain, car cela montre la plus grande volonté de céder aux conditions imposées en faveur des intérêts américains.
  4. Que les gouvernements et les parlements concernés ignorent ou ne sont pas engagés à mettre en œuvre et à résoudre les controverses et contradictions inhérentes aux accords de «libre-échange» et autres accords multilatéraux, tels que les engagements de la Charte des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme et l’environnement, que deux au moins des trois gouvernements ont adoptés et sont donc juridiquement contraignants. Conformément au droit international, ces traités comportent des dispositions qui prévaudraient sur celles contenues dans les accords de nature mercantile en cas de précédent ou de conflit entre traités.

Le 3 août, le Dr Jesus Seade Kuri, désigné par le président élu, M. Andres Manuel Lopez Obrador comme négociateur en chef de l’ALÉNA, a déclaré: « Je suis prudemment optimiste (en ce qui concerne les progrès réalisés et la conclusion d’un accord). Je pense que cela peut être fait, mais certains problèmes peuvent encore surgir. Nous devrons voir ». De la même manière, M. Seade s’est déclaré satisfait des propositions de négociation présentées par le gouvernement actuel, indiquant que « techniquement, elles sont les plus appropriées ». Mais le problème n’est pas technique et ce qui est techniquement le meilleur dépend des objectifs proposés, du type de développement recherché et du modèle d’insertion dans le commerce international qui favorise les intérêts nationaux et la justice sociale.

Jusqu’à présent, les négociations se sont déroulées à huis clos, seules les grandes entreprises nationales et transnationales étant consultées. Le nouveau gouvernement devrait ouvrir une vaste discussion, impliquant tous les secteurs de la société à ce stade des négociations, ainsi que les textes déjà négociés avant leur envoi au Sénat pour approbation législative.

Nous n’avons jamais entendu parler des nombreuses propositions constructives que les organisations citoyennes, en particulier celles que la Convergence appelle Mexico mejor sin TLC, ou la Coalition trinationale des organisations sociales (Canada, Mexique et États-Unis) ) ont rendu public et qui visent à négocier un accord de complémentarité économique et de coopération mutuelle, plutôt qu’un accord fondé sur la concurrence et l’exploitation extrême entre des parties inégales. Un accord doit avant tout garantir la protection et la promotion du travail et des droits de l’homme, la sécurité sociale, l’autosuffisance alimentaire, l’éducation et la santé publique, la protection de l’environnement tout en tenant compte des différents stades de développement, des échanges commerciaux inégaux et des contrôles sur le capital spéculatif, en négociant les mécanismes de compensation et de contrôle pour pouvoir les résoudre.

La sensibilité politique fondamentale est d’écouter et de connaître les voix citoyennes qui connaissent également cette question géostratégique majeure. Nous appelons respectueusement et fermement le président élu, Andres Manuel Lopez Obrador, son équipe politique gouvernementale et les sénateurs qui ont été élus, à une réunion de travail urgente au cours de laquelle nous présenterons à nouveau notre plate-forme de propositions nécessaires pour la renégociation de l’ALÉNA, ainsi que la stratégie essentielle en matière d’information et de consultation avec les différents secteurs sociaux et économiques qui, au cours des 24 dernières années, ont été touchés par les dispositions de l’ALÉNA actuel.

Convergence des organisations sociales (Mexique) et Coalition citoyenne « Mexico mejor sin TLC »

Le 16 août 2018